Atelier 11 : Motiver l’apprenant avec la situation de travail artificielle

Laisser un commentaire

Plusieurs enseignants et formateurs se plaignent du manque de motivation des apprenants. Un point important pour susciter, développer et maintenir la motivation de l’apprenant est directement associé aux situations dans lesquelles nous allons les placer pour qu’ils apprennent. Les apprenants, en formation professionnelle, n’ont pas choisi d’être en formation. Ils ont choisi le métier ou la profession, la formation devient alors un passage obligé pour eux.

Son intérêt est de vouloir exercer l’activité professionnelle qu’il a choisie. Pour l’enseignant c’est un point de départ essentiel sur lequel il doit tabler pour la suite des stratégies d’enseignement qu’il mettra en place. Aussi longtemps qu’il demeure en lien avec la situation de travail, l’apprenant va le suivre. C’est au moment où nous commençons à jouer à la petite école que l’apprenant décroche. Les devoirs, les leçons, écoute le prof, fait tes tests, fait des reprises, regarde les démonstrations, etc. C’est au moment où nous pensons à sa place, que nous agissons à sa place et surtout lorsque nous axons la formation sur la réussite des examens que l’apprenant se transforme en « élève avec son maître ».

Il existe une situation de travail pour chacun des apprentissages que l’apprenant devra réaliser. Le but est de mettre en scène les objectifs du programme avec les situations de travail auxquels ils correspondent et les faire vivre à l’apprenant. Je ne parle pas ici de mises en situation théoriques, d’histoires ou d’exemples, mais de situations de travail bien réelles organisées dans le milieu de formation. Elles n’ont pas l’imputabilité du marché du travail, parce qu’elles sont contrôlables en tout temps par le metteur en scène, c’est-à-dire le professeur.

Si nous désirons favoriser le développement des compétences chez l’apprenant, il faut le placer en situation de travail avant ses stages, pas seulement à un poste de travail. Il faut premièrement qu’il comprenne la situation avant de réaliser ses tâches. C’est dans la situation qu’il recueille les informations nécessaires à la manifestation de sa compétence.

L’atelier que je vous propose consiste à identifier et à agencer les composantes d’une situation de travail artificielle pour qu’elle devienne source de motivation, de sens et d’apprentissage pour l’apprenant.

 

Treize outils utiles à l’enseignement

1 commentaire

Ceci est une présentation que j’ai réalisée pour expliquer l’utilisation de treize outils didactiques permettant de mettre en place une démarche d’enseignement différencié à l’éducation des adultes en formation professionnelle. Je présente l’idée que le choix d’une formule pédagogique ne doit pas mettre en question l’objet d’apprentissage et ses intentions. En formation professionnelle nous sommes en présence de compétences. Avec les adultes nous sommes en présence de personnes où l’adhésion à la formation, le sens et la pertinence des apprentissages jouent un rôle essentiel dans la mise en place d’une formule pédagogique. Il ne faut jamais oublier qu’une formule pédagogique a pour fonction de faciliter les apprentissages et non seulement faciliter l’organisation de la formation. Les outils que je présente font en sorte de favoriser l’articulation de l’enseignement différencié, que l’on confond trop souvent avec l’enseignement individualisé qui doit être plus associé à l’enseignement programmé.

Atelier 10 : Faciliter les interactions avec l’aide à communiquer

Laisser un commentaire

Les apprenants en formation professionnelle, de façon générale, ont peu de connaissances et de références par rapport à la profession qu’ils désirent apprendre. On pourrait même dire qu’ils sont des analphabètes de la profession. Chaque profession est constituée de son langage propre, de ses méthodes, de son mode d’organisation qui ne sont pas toujours d’un accès évident pour les apprenants. C’est pourquoi je propose, d’ailleurs je produis cet instrument dans toutes les formations que j’organise, cet outil didactique, qui permet de régler plusieurs problèmes liés aux échanges, à la communication et à la compréhension de la culture d’une activité professionnelle.

Atelier 9 : Partie 4 : Modalité de formation et modalité d’évaluation du savoir-être

Laisser un commentaire

Atelier9 : Partie 3 : L’enseignement/apprentissage du savoir-être

Laisser un commentaire

Atelier 9 : Partie 2 : Plus précisément le savoir-être

1 commentaire

Atelier 9 : Partie 1 : Du savoir-être à la compétence

1 commentaire

Cette présentation se fera en deux parties. Celle-ci traite du savoir-être à la compétence. La partie deux traitera du savoir-être à l’apprentissage. La nécessité de traiter de la compétence vient du fait que le savoir-être en est une composante essentielle qui est tenue en compte par le milieu du travail. Pour pouvoir faire apprendre un savoir-être, il faut le traiter comme un objet d’apprentissage et l’associer à des comportements. Finalement, il faut créer un contexte où le tout pourra se développer.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 726 autres abonnés