Ma première journée ( L’immersion )

4 Commentaires

20693719

C’était un lundi matin d’octobre. Je me dirigeais vers le CFP (centre de formation professionnelle) qui appartenait à la CFP (commission de la formation professionnelle) où le MEQ (ministère de l’Éducation), par l’intermédiaire du service de l’éducation aux adultes de la commission scolaire, avait la responsabilité de la formation commandée par le ministère du Travail pour répondre aux besoins de la main-d’oeuvre.

Je n’ai pas compris cela tout de suite, mais après un certain temps ce fût nécessaire pour être en mesure de situer la source de certains problèmes et de trouver des solutions. La sélection des élèves, l’absence de programme en bonne et due forme, l’inadéquation des espaces et des équipements, l’évaluation des apprentissages, l’assiduité des élèves et les budgets représentaient quelques éléments que j’ai dû gérer, car elles avaient des incidences directes sur mes tâches d’enseignant. Mais je ne le savais pas encore.

J’avais un directeur très gentil dont la règle était " Pas de nouvelle, bonne nouvelle ". Cela voulait dire que si je ne lui parlais jamais de mes problèmes j’étais un bon enseignant. À l’inverse, si je ne l’écoutais pas me parler de ses problèmes, j’aurais des problèmes.

J’arrive donc au CFP pour prendre possession de ma classe et de mon atelier. La classe est conventionnelle avec ses tables et ses chaises, son tableau vert, son rétroprojecteur, qui était une innovation technologique à l’époque, et mon bureau de prof. La classe est située en surplomb par rapport à l’atelier.

L’atelier avait un lien avec l’ébénisterie que par l’odeur du bois. Les équipements tenaient plus du bricolage que d’un atelier professionnel. Cela prendra quatre ans avant que cet atelier soit équipé convenablement. Les établis étaient en nombre suffisant, mais ils étaient plus en lien avec un atelier d’électricité. Il n’y avait pas de salle de finition, ni de bois d’ailleurs pour commencer le travail. Je ne savais pas qu’en plus d’enseigner je devais faire les achats, aménager l’atelier, entretenir les outils, installer les équipements, finalement être comme le propriétaire d’un atelier d’ébénisterie. De toute évidence, ce n’était pas aujourd’hui que nous allions travailler à faire des meubles. Tout allait se passer en classe.

Le directeur me fait les salutations d’usage et me présente à la secrétaire. Je me suis rendu compte qu’il y a toujours une personne dans une école, une secrétaire en général, qui est l’âme, le cerveau, l’organisatrice et le cœur de cette école. Dans mon cas ce fut Manon. Je vais vous en parler à plusieurs reprises, car c’est un personnage incontournable. Je suis certain que tout prof dans un centre de formation connaît une Manon qui l’aide à résoudre tous ses problèmes. Elle devient son âme sœur professionnelle pour ne pas dire sa seule bouée de sauvetage qui va l’aider à ne pas se noyer. Je pense que plusieurs profs qui ne survivent pas à leur premier moment d’enseignement n’ont pas pu rencontrer leur Manon.

À suivre …

Faire comprendre les théories

4 Commentaires

La présentation des notions théoriques est souvent un défi important pour plusieurs enseignants et formateurs. Les formateurs et enseignants en formation professionnelle sont le plus souvent engagés pour leur expertise dans le contenu à enseigner. Ces spécialistes de la matière à enseigner sont des gens de métier dont la majeure partie des connaissances est empirique, tacite et implicite. Le défi est de faire en sorte que l’expertise du formateur se transforme en savoirs à faire apprendre, en informations à présenter et finalement en connaissances traitables par les apprenants. Ce processus semble évident, mais suite à mes constats avec de nombreux travaux avec des enseignants et formateurs, il semble que ce soit la plus grande faiblesse manifestée. Souvent, les enseignants et formateurs vont se reférer à des contenus déjà existants en mathématique, en science ou en physique. Malheureusement, ils ne tiennent pas compte que ces savoirs sont décontextualisés tandisque que leur expertise est contextualisée. Les liens entre les savoirs savants et les contextes d’utilisation ne sont pas à la portée de tous. L’enseignant et le formateur doivent pouvoir garder le sens de leur expertise et y intégrer les savoirs savants. Pour ce faire, j’ai imaginé quatre étapes associées à quatre outils didactiques pour en arriver à fournir aux apprenants des outils pour faciliter la perception, l’organisation, le sens et la signification des notions à faire apprendre à partir de l’expertise de ceux qui les forment.

Atelier 8 : Faire faire des liens avec l’aide à penser

Laisser un commentaire

On se questionne souvent sur le manque de compréhension que les élèves manifestent suite à une formation sur une notion quelconque. Piaget avait bien présenté l’importance de fournir aux apprenants les outils nécessaires pour apprendre. Il avait dit que ce n’était pas la notion elle-même que l’élève ne comprenait pas, mais la présentation que nous faisons de cette notion. Quand l’apprenant ne comprend pas, il faut changer la modalité de formation ou ajouter des ressources didactiques.

La didactique n’est-elle pas de trouver le chemin le plus court entre l’apprenant et l’objet à apprendre?

Suite à mes nombreux travaux avec des formateurs et des enseignants, j’ai constaté qu’il arrivait souvent que l’enseignant n’avait pas lui-même une représentation de la notion à enseigner. Il est alors très difficile qu’il puisse faire en sorte que l’apprenant s’en construise une. Pour comprendre, il faut pouvoir se représenter les informations nécessaires et ainsi pouvoir les mettre en oeuvre dans une situation de travail. En ce qui a trait aux concepts concrets, la réalité de la formation professionnelle est généralement bien équipée pour suffire à la tâche. Il en va tout autrement des concepts abstraits ou l’enseignant, de par son expérience, a pu être mis en présence de certains phénomènes, mais il n’a jamais été confronté à représenter ce phénomène pour que l’apprenant puisse comprendre.

Le monde du travail d’aujourd’hui est de plus en plus abstrait et pour le comprendre il faudra que les enseignants soient de plus en plus habiles à construire des représentations des concepts qu’ils doivent faire apprendre. L’aide à penser a pour utilité d’instrumenter l’enseignant à représenter les informations associées aux activités professionnelles et les apprenants pour construire leurs savoirs professionnels.

À titre d’exemple, je prendrai le défi pour un professeur en cuisine de faire comprendre aux élèves les différentes technologies servant à la cuisson. Il s’agit d’amener l’apprenant à comprendre la conduction, la convexion, le micro-ondes et l’induction. Je pense que des aides à penser seront maintenant nécessaires pour que l’apprenant puisse non seulement voir les effets, mais comprenne ce qui agit dans le phénomène et qu’il puisse en avoir une représentation mentale.

Atelier 7 : Développer l’organisation mentale du travail avec le recueil d’expertise

Laisser un commentaire

L’expérience de travail, tout en étant essentielle, est insuffisante pour qu’une personne puisse faire apprendre une profession. La première étape consiste à expliciter et à formaliser l’expérience que l’enseignant a vécue en tant que professionnel de la discipline. Il ne faut pas oublier que près de 80% de l’expertise développée en milieu de travail est tacite. L’approche expérientielle de Kolb, une démarche réflexive et une démarche de formalisation sont nécessaires pour rendre accessibles ces savoirs tacites et implicites.

La démarche n’est pas seulement profitable pour l’enseignant pour expliciter son savoir, mais également pour l’apprenant pour être conscient de ce qui se passe lorsque l’on réalise une tâche de travail dans un contexte particulier. Il ne s’agit plus d’entraîner l’apprenant à réaliser avec succès des procédures de travail associées à une tâche, mais plutôt de l’amener à comprendre la situation de travail et d’adapter ses pratiques de travail aux contextes qu’il aura à vivre. Cette réalité, associée au développement de la compétence professionnelle, exige une bonne dose de réflexivité au lieu de la réflectivité de l’approche par compagnonnage.

Apprendre à penser devient alors tout aussi important qu’apprendre à faire. Le défi est d’instrumenter les enseignants qui eux ont appris en faisant.

Atelier 6 : Développer la réflexivité avec l’aide à la tâche

2 Commentaires

Les personnes viennent en formation professionnelle pour apprendre comment faire un travail. Malheureusement, le plus souvent, ce comment faire est appris implicitement dans la réalisation de travaux pratiques. Développer une compétence ne consiste pas seulement à réussir les tâches qu’on nous demande de faire, mais de comprendre ce qui se passe pour pouvoir adapter nos pratiques à la situation.

L’un des moyens didactiques que je propose est l’aide à la tâche. Il s’agit d’amener l’apprenant à apprendre à décrire comment le travail se réalise à partir des opérations et des gestes qu’il fait ou qu’il fera. Cette démarche favorise une approche réflexive du travail. Cette réflexivité peut se faire avant, pendant ou après la réalisation de la tâche. Vous posséderez ainsi un bon moyen pour faire appliquer les connaissances théoriques. Vous pourrez vérifier la compréhension du langage professionnel que l’apprenant doit tout de même utiliser ailleurs que dans des examens théoriques.

Atelier 5 : Identifier les notions difficiles avec l’analyse qualitative des concepts

Laisser un commentaire

C’est toujours relativement difficile d’identifier ce que l’apprenant aura de la facilité ou de la difficulté à apprendre. Je vous présente ici une façon d’appréhender cette difficulté qui me semble à la base de bien des problèmes de comportement des apprenants. Un apprenant qui apprend ne génère pas de problème de discipline ou de gestion de classe.

Bien repérer les concepts difficiles à apprendre permet au professeur didacticien de préparer des ressources didactiques pour atténuer les difficultés et faciliter les apprentissages. Piaget a souligné, et je suis en accord avec lui, que ce n’est pas avec la notion que l’apprenant a de la difficulté, mais avec la façon dont nous lui présentons.

Lors d’ateliers ultérieurs, nous aborderons les ressources didactiques comme l’aide à la tâche, l’aide à communiquer, l’aide à penser et l’aide à se comporter qui permettront de faire face au problème de perception et de compréhension de l’apprenant.

Une image vaut mille mots. Neuf images valent?

Laisser un commentaire

Une image vaut mille mots. Pourquoi ne pas s’en servir pour représenter aux apprenants une façon de faire? Ce type d’aide à la tâche est très efficace et simple à faire. Elle permet à l’enseignant de représenter facilement ses attentes et à l’apprenant de se faire une représentation conceptuelle, structurelle et fonctionnelle de ces attentes.

 

Older Entries

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 676 autres abonnés