Je suis tombé par hasard sur une émission de télé où l’auteur de ce livre présentait son oeuvre. Je fus intrigué par ses propos sur des pratiques, des positions et des arguments que l’on entend souvent en éducation et qui sont tenus faussement pour acquis. Le professeur Baillargeon jette plusieurs pavés dans la mare de nos conceptions et de nos certitudes que nous avons évité ou oublié de questionner. Je ne suis pas nécessairement en accord avec tous ses commentaires, mais ils ont la vertu de nous questionner et de réveiller notre esprit critique qui parfois sommeil en nous dans un confort de bien-pensant.

La formation professionnelle est protégée, de par sa nature, de certaines dérives de la formation générale. Les types d’apprentissages, les contextes et la finalité de la formation nous obligeant à diversifier nos points de vue. À tout le moins, je l’espère. La lecture de son livre, que j’ai dévoré, m’a réveillé dans le sens d’être plus rigoureux dans la présentation de certaines théories ou méthodes qui semblent attrayantes, en apparence, mais sans fondement valide.

Il ne s’agit pas de tout remettre en question, mais de réveiller notre vigilance à l’attrait de la nouveauté. Cela me ramène à mes trois conditions avant d’adhérer et d’adopter des changements dans des stratégies d’enseignement.

1. Est-ce que l’élève apprendra plus?

2. Est-ce que l’élève apprendra plus rapidement?

3. Est-ce que l’élève apprendra plus facilement?

Malgré que j’ai apprécié son livre, contrairement à lui, je demeure convaincu qu’une formation ne doit pas être faite pour celui qui la donne, mais pour celui qui la suit. C’est peut-être un mythe, mais je suis en mesure de le valider. Un mythe n’est pas nécessairement faux, l’erreur c’est d’être convaincu que c’est une vérité sans en avoir vérifiés ses fondements ou les résultats attendus.

Bonne lecture.

IMAG0003IMAG0001