Les attitudes d’un professionnel

6 commentaires

Attitudes.001

Pour comprendre le concept d’attitude, nous devons le distinguer du concept de savoir-être. Au même titre que le savoir-faire constitue  la référence aux tâches qu’une personne réalisera professionnellement, le savoir-être a la même fonction. Le savoir quant à lui, permet de comprendre ce qu’est le «être» et ce qu’est le «faire». Ainsi tout se tient.

Il arrive souvent que notre intérêt pour le savoir-être apparaisse à la suite de l’observation d’un comportement discutable qu’une personne manifeste dans une situation particulière.

Nous jugeons alors qu’elle n’a pas la bonne attitude selon les circonstances. Comme enseignant, ce qui nous questionne est de savoir comment faire pour qu’elle manifeste la bonne attitude.

Quatre concepts sont ici utilisés pour exprimer ce constat. Les concepts d’attitude, de comportement, de situation et de savoir-être semblent circonscrire notre champ de questionnement. C’est ce que je tente de distinguer dans cette présentation.

Un résumé des éléments de la formation

4 commentaires

Formation résumé

Planifier une formation est souvent une tâche très difficile pour plusieurs, sinon pour tous. Si cela ne l’est pas, c’est que vous ne connaissez pas tout ce que cela implique, ou vous ne voulez pas le savoir. Il n’y a pas de planification facile étant donné la complexité de la tâche. Comme je le dis souvent, prédire ce qui va se passer durant une formation c’est comme la météo, tout est déterminé, mais rien n’est prédictible.
Voici ma représentation qui résume les éléments et leurs imbrications qui en illustrent la complexité. Quand on peut se représenter un concept, on peut commencer à comprendre et ainsi se donner le pouvoir d’agir, par conséquent de devenir plus compétent.

Au coeur de la représentation se trouve la « Formation » qui constitue la cause même de la planification. Autour de la formation se placent les éléments de base d’une situation pédagogique avec «l’agent», «le sujet, «l’objet» et «le milieu». L’agent, que l’on peut associer au professeur, à l’enseignant ou au formateur, agit comme auteur de la planification. Le sujet, que l’on peut associer à l’élève, l’apprenant ou l’étudiant, agit comme acteur de la planification. L’objet, que l’on peut associer à la théorie, la pratique, le savoir, le savoir-faire, le savoir-être, les informations, les connaissances, etc., est la raison même de l’existence de la planification. Finalement, le milieu, que l’on peut associer à la classe, à l’atelier, au laboratoire, à l’entreprise, établit le contexte ou se déroulera la formation.

Les éléments de la situation pédagogique constituent les  coeurs des quatre grands pétales qui représentent le déploiement de la fleur de la formation. Ces quatre grands pétales sont «L’apprentissage», «La planification», «Les ressources» et «La situation». L’apprentissage constitue le changement qui sera provoqué par la formation. La planification établit le déroulement qui détermine comment ce changement pourrait s’opérer. La situation qui sera mise en place a pour raison d’être la construction de sens, par conséquent de la compréhension, par l’apprenant du changement qui sera provoqué par la formation. Finalement, les ressources  fournissent à l’apprenant les moyens pour pouvoir réaliser les apprentissages visés par la planification.

Le croisement entre la formation, les éléments de la situation pédagogique et les pétales qui en découlent nous font découvrir la raison d’être réelle d’une planification au-delà de la simple raison de vouloir réguler les activités. En réalité, ce que l’on recherche c’est l’organisation et la mise en oeuvre de «La stratégie», qui reflétera les intentions  d’une formation. La conception d’un « Environnement » pour permettre la construction de « Représentation » par l’élève pour l’aider à percevoir et à comprendre tous les aspects d’une compétence professionnelle. La stratégie met en scène les enjeux qui sont liés à la manifestation d’une compétence professionnelle par l’apprenant. L’intention justifie la raison d’être de la stratégie. La représentation pour que l’apprenant puisse se construire ses propres représentations des savoirs et ainsi en comprendre la signification et faire les liens entre sa pensée et ses actions. L’environnement a pour fonction de créer un climat favorable à la construction de sens et par la suite au développement et à la manifestation de la compétence professionnelle par l’apprenant.

La représentation pour percevoir le savoir-être

Un commentaire

Représentation.001

Faire apprendre les savoir-être d’un métier est essentiel pour faire développer une véritable compétence professionnelle. Le défi n’est pas tant de dire à l’élève ce qu’il faut qu’il ait comme comportement, mais plutôt qu’il puisse percevoir et, par conséquent, comprendre ce que le métier exige de lui pour qu’il puisse ajuster son comportement à celui d’un professionnel de son métier. L’acceptation de changer un comportement exige à l’élève de pouvoir être en mesure de reconstruire ses repères pour pouvoir situer un comportement et l’adapter aux circonstances d’une situation de travail.

Comme je l’ai déjà indiqué dans une capsule précédente, le savoir-être est constitué d’une composante cognitive, affective et conative. L’action, sa provocation et son contexte génèrent une émotion dont il faut qu’il comprenne les impacts sur le processus et le résultat du travail à effectuer et ajuste son comportement en conséquence. pour construire ou maintenir un lien de confiance avec les autres personnes