Une consultation en formation professionnelle

5 commentaires

Le 5 et 6 février dernier, le ministre de l’Éducation du Québec a convoqué plus de 300 personnes pour parler de la formation professionnelle du 21e siècle. Je dis bien parler, car les participants étaient tellement disparates et connaissaient tellement peu la formation professionnelle que finalement cela n’a été que du « partage » superficiel des problèmes d’organisation de la formation professionnelle. Ce qui est sous-entendu des discussions, c’est que la formation professionnelle c’est dispendieux à maintenir et compliquée à organiser. La solution c’est de faire sortir les élèves des centres, de les diplômer en plus grand nombre plus rapidement et à moindre coût pour répondre aux besoins en main-d’oeuvre.

Pourtant, s’il y a une donnée probante, mot à la mode, sur laquelle on peut se fier c’est que fondamentalement la relation d’un enseignant avec un apprenant est déterminante pour les apprentissages. Malheureusement, lors de la consultation, le rôle de l’enseignant a été complètement évacué. Jamais il n’en a été question. Les conditions de travail, les conditions de formation, les ressources disponibles, le support aux enseignants, les services complémentaires, n’ont pas fait l’objet de discussion.

Ce qui était important c’était de se préoccuper des technologies de l’information, de la formation à distance, de la formation à temps partiel, de la formation en entreprise, des besoins en main-d’oeuvre, du financement et surtout des compétences du 21e siècle. Comment se préoccuper des compétences du 21e siècle quand celles du 20e siècle  n’ont pas encore été développées ? Comment considérer ces compétences avec des reconnaissances axées sur l’augmentation des diplômés et les besoins pointus des régions au détriment du développement des élèves ?

Il ne faut pas faire sortir les élèves plus rapidement, il faut les former complètement. Le défi, comme l’indiquait le conseil supérieur de l’éducation, c’est de tirer les élèves vers le haut et non la formation vers le bas. Ce n’est pas d’adapter la formation et les diplômes à nos pauvres élèves qui ont tant de difficulté dans notre système d’éducation, mais de faire preuve d’imagination et de trouver de nouvelles conditions et pratiques pour amener tous les apprenants à apprendre ce qui lui sera nécessaire pour être un élément dynamique de notre société. Si l’on développe les vraies compétences de nos apprenants, ils seront en mesure de faire face au défi du 21e siècle.

  • Les changements à la nature des emplois requièrent des qualités personnelles et des compétences professionnelles de plus en plus définies et complexes : le travail est plus abstrait et fait appel à des activités de type cognitif (réflexion, choix, décisions). (Conseil supérieur de l’éducation, 2012)
  • Il faut donc trouver des manières d’adapter l’enseignement pour rejoindre ces élèves qui ont des façons d’apprendre différentes, plus pratiques et concrètes. Ce défi interpelle particulièrement le personnel enseignant et sa capacité à différencier l’enseignement et les approches pédagogiques. (Conseil supérieur de l’éducation, 2012)

Vous avez dû comprendre que j’ai été très déçu de cette consultation. Je viens de comprendre la pertinence de la retraite, c’est d’éviter de devoir tout recommencer. Si l’on veut valoriser la formation professionnelle, il faut arrêter de la dévaloriser et de demander l’avis de n’importe qui. Il faut avoir une vision orientée vers ceux qui apprennent et ceux qui font apprendre. Un centre de formation professionnelle n’a pas pour objectif de faire de l’argent, de donner des diplômes et des attestations, de gérer des conventions collectives, mais de faire apprendre une profession à une personne pour qu’elle puisse offrir sa force de travail et son imagination à la société et qu’elle puisse s’épanouir. Tout ce qui gravite autour est au service de cet objectif.

Ce ne sont pas les programmes ou la relation avec les entreprises qui font que les élèves apprennent une profession, c’est la relation entre un enseignant compétent en enseignement et un élève qui a le goût de pratiquer la profession qu’il a choisie. Pour que cela puisse se faire il faut développer les compétences du 21e siècle de nos enseignants, avant celles des apprenants, il faut donner le goût de la formation professionnelle à ceux qui auront en bénéficier. C’est la qualité qui est attrayante, pas la rapidité.

Ce n’était malheureusement pas le sujet de la consultation du ministre.

De toute façon, c’est juste de la formation professionnelle. Ça intéresse qui?

Choisir le savoir-être pertinent à la situation de travail

2 commentaires

Vous pouvez accéder à une série de présentations sur les savoir-être que j’organise pour l’implantation de ce type de savoir dans la formation professionnelle.

Bon visionnement

Capture d'écran 2018-02-03 12.46.31